Chapelle à reliques portative

Malines (?) - 1ère moitié XVIe siècle
Matériaux composites (huile sur bois, métal, textile, cire, papier et verre)
26 x 39,5 x 4,7 cm

Inv. 2009.3.1

Acquisition 2009
Avec le concours du Fonds Régional d’Acquisition des Musées

Les incontournables | Entre Terre et Ciel

Mystères, Mystères…

Ce type de petites chapelles reliquaires était réalisé par les béguines ou les religieuses. Cette pratique remonte au XIIIe siècle et est caractéristique des pratiques de dévotion en Flandre. Souvent de petites dimensions, ces chapelles étaient offertes aux généreux donateurs.

Cette œuvre se démarque par sa forme en triptyque avec deux panneaux peints. Le premier volet, à gauche, représente saint Jérôme, en ermite, portant la barbe et à demi-nu, se frappant la poitrine avec une pierre devant le crucifix. Deux autres de ses attributs, le chapeau de cardinal posé sur une branche et le lion à ses pieds complètent la scène. A droite,  saint Jean-Baptiste, reconnaissable à sa peau de bête et à sa croix, semble indiquer le Jourdain, fleuve dans lequel il baptisa le Christ.

Au centre, dans une composition de broderies florales, les reliques aujourd’hui disparues étaient accrochées et légendées grâce à un morceau de papier.

Les revers des panneaux, une fois fermés, présentent les instruments de la Passion du Christ au Mont Golgotha, sujet de méditation et de repentir pour les fidèles.

DnnSpot

   Réduire