David II Teniers (Anvers, 1610 – Bruxelles, 1690)
La Visite de saint Antoine à saint Paul

Huile sur toile
109 x 143 cm
Signé en bas au centre « D. TENIERS »

Inv. D.2009.1.11

Dépôt – collection particulière

Les incontournables | Entre Terre et Ciel

Paysage au rocher

L’ermite saint Antoine retiré sur le mont Qolzum en Thébaïde décide, après un songe, de partir à la recherche de saint Paul, lui aussi anachorète. Guidé par un centaure et un satyre, il parvient à atteindre la grotte de saint Paul, qui lui explique alors que depuis soixante ans un corbeau lui apporte chaque jour la moitié d’un pain. Le jour de la rencontre entre saint Antoine et saint Paul, c’est un pain entier qu’il rapporte.

David II Teniers choisit de représenter cet instant, tiré de la Légende dorée : dans le ciel au centre de la composition, le corbeau tient dans son bec le maigre repas des deux moines. L’outre et l’écuelle posées au pied des deux personnages en bas à gauche symbolisent l’état de jeûne qu’ils s’imposent : uniquement de l’eau et du pain. Seule la nourriture spirituelle, représentée par le livre des Saintes Ecritures ouvert, les maintient en vie ; elle élève leur âme au-delà des souffrances du corps. Le crâne, reflet des vanités du monde, posé sur la pierre brute, marque la séparation entre deux univers : d’un côté le désert, source de méditation et d’introspection, de l’autre l’agitation du monde, véritable obstacle à la contemplation.

La composition du tableau reprend cette vision dichotomique. L’espace est scindé en deux parties de même taille. A gauche, la grotte sombre constituée de gros blocs massifs, dépouillée de toute végétation, obstrue l’horizon et focalise le regard sur les deux moines. Elle est un rempart qui les isole et les protège. Aucun élément ne doit venir perturber leur retraite. A droite au second plan, un paysage rocailleux, sur lequel s’appuie un village ou une ville, ouvre une perspective restreinte sur l’arrière-pays.

DnnSpot

   Réduire