Guillaume Kerricx dit le Vieux (Termonde, 1652 – Anvers, 1719)
La Pénitence

Anvers – 1684
Terre cuite
49 x 24 cm

Acquisition, 1999

Les incontournables | Entre Terre et Ciel

Une sculpture baroque

Cette terre cuite, intitulée La Pénitence, est une ébauche du projet destiné au confessionnal de l’église Saint-Paul d’Anvers. Cette œuvre s’inscrit parfaitement dans le mouvement de la Contre-Réforme qui fait du sacrement de pénitence un exercice spirituel indispensable pour l’assurance du Salut.

Guillaume Kerricx introduit différents symboles pour guider le fidèle dans sa démarche. Le cilice, posé sur le bras droit de la Pénitence, rappelle la nécessité de la mortification pour le rachat des péchés. Au pied de la sculpture, un aigle aux ailes déployées, campé sur ses deux pattes, prêt à s’envoler, attire notre curiosité. Serait-il le symbole menaçant du Jugement dernier invitant le chrétien à se repentir ou serait-il plutôt l’image de la Foi s’envolant vers les cieux ? A moins que cet aigle ne soit un pélican ! Le lien avec notre allégorie prend alors un sens plus pertinent. Cet animal qui se frappe le flanc avec son bec pour nourrir de son sang ses petits peut-être interprété comme un geste de mortification.

L’ingérence du Concile de Trente dans l’art se marque ici par la volonté de mettre l’accent sur la gestuelle et sur l’expression des sentiments. La pudeur retenue d’une épaule à peine dénudée, la tension créée par l’opposition du mouvement de la tête et du bras, les traits tourmentés du visage, tout doit conduire à émouvoir les fidèles. Par ces différentes caractéristiques, cette allégorie, aux formes longilignes, drapée d’une tunique aux plis lourds, contrastés et agités, est représentative du baroque tardif.

DnnSpot

   Réduire