D’après Jan Sanders van Hemessen (Hemiksem, vers 1500 – Anvers, vers 1556)
La Mariée pleurant

XVIe siècle
Huile sur bois
66,5 x 78,5 cm

Inv. D.2009.4.6

Dépôt - collection particulière

Les incontournables | Ostentation et Dérision

Une drôle de mariée

Dans l’art flamand, la dimension satirique occupe une place particulière : en témoigne cette œuvre, exceptionnelle à plus d’un titre. Le modèle originel, attribué à Jan Sanders van Hemessen est conservé au musée national de Prague. Seules deux  versions sont à ce jour répertoriées : l’une se trouve dans une collection particulière, l’autre est celle conservée au musée.

La thématique, difficilement compréhensible dans son intégralité au premier regard, comporte une dimension satirique et populaire indéniable. La mariée redoutant la fameuse nuit de noces apparaît dans la peinture flamande au début du XVIe siècle.

Par rapport aux représentations antérieures, Jan Van Hemessen a l’audace d’innover en concentrant la composition sur les personnages vus à mi corps, en supprimant le maximum de détails anecdotiques. Seul le pot de chambre, peut-être symbole de virginité, demeure. Il ne reste plus que trois personnages : la mariée entourée d’un vieil homme et d’un jeune. Autre évolution considérable : la mariée n’est plus jeune et belle mais repoussante et marquée par les années. On se demande alors qui des deux est son mari. Le pot n’est plus tenu par la mariée mais par le jeune homme ce qui pourrait suggérer qu’il est l’heureux élu. La satire s’attacherait alors à dépeindre un mariage peu habituel entre des gens de différents âges.

Cette scène illustre parfaitement le genre satirique flamand à la fois cru dans ses représentations et subtil dans son interprétation.

DnnSpot

   Réduire