Nicaise de Keyser (Anvers, 1813 – 1887)
La Bataille des Éperons d’or
Huile sur toile, 55 x 70 cm

Huile sur toile, 169 x 153,1 cm
Inv. 2011.6.1

© Jacques Quecq d’Henripret

Les incontournables | Soumission et colère

Une Bataille emblématique

La Bataille des Éperons d’or est certainement l’un des évènements historiques les plus marquants pour l’histoire de la Flandre. Le 11 juillet 1302 à Courtrai, l’armée du roi de France Philippe IV, commandée par le comte Robert d’Artois, s’oppose aux milices communales flamandes menées par Gui de Namur, fils du comte de Flandre. L’armée française, pourtant sûre de sa victoire face à des flamands mal équipés, s’embourbe dans les marécages et finit par s’incliner dans un bain de sang.

Peint par Nicaise de Keyser, représentant du courant romantique belge, ce tableau est en fait une étude préparatoire pour une œuvre beaucoup plus grande (4,86 x 6,20m) qu’il présenta au Salon en 1836. Cette toile monumentale était exposée dans la Halle aux draps de Courtrai. Elle a été détruite par un bombardement lors de la Seconde Guerre mondiale. Il ne reste aujourd’hui que trois études préparatoires peintes connues : deux d’entre elles sont conservées aux musées de Prague et de Courtrai, la troisième est celle conservée au musée de Flandre.

Le peintre se concentre ici sur le sujet central de l’œuvre finale : il montre le point d’orgue de la bataille, lorsque le comte Robert d’Artois, désarçonné et mis à terre sans ménagement par un combattant flamand est tué. La scène est organisée selon plusieurs diagonales. Le centre de la composition est éclairé par une lumière presque irréelle.

Cette œuvre est ancrée dans la peinture romantique, qui se plait à revisiter les faits les plus héroïques du passé pour glorifier une nation, comme ce fut le cas ici pour la jeune Belgique, qui fit d’ailleurs du 11 juillet, date de la Bataille, le jour de la fête de la communauté flamande.

 

DnnSpot

   Réduire