Anonyme, Ecole flamande
Le Paradis terrestre

XVIIe siècle
Huile sur toile
103 x 125,5

Inv. D.2009.4.3

Dépôt - collection particulière

Les incontournables | Entre Terre et Ciel

Des animaux étranges

Dans ce Paradis terrestre, l’histoire d’Adam et Eve est déclinée en quatre temps : la création d’Adam à droite, puis d’Eve derrière l’arbre, qui sort de la côte d’Adam, la tentation et la faute originelle au centre et l’expulsion du Paradis à gauche. Ce sujet est un prétexte pour représenter de multiples animaux. Proies et prédateurs composent dans un même espace. Disséminés dans la scène, réels ou imaginaires, volatiles, baleines, félins, ours, chiens, singes, lapins, poules… se pressent autour d’Adam et Eve. Le peintre nous offre un bestiaire des plus surprenants, comme ce cheval à l’allure très maniérée ou cette espèce d’écureuil portant sa progéniture. Les lions, quant à eux, présentent un faciès particulier, aux expressions humaines. 

Les animaux de ce tableau sont à rapprocher d’une estampe, conservée par le musée, représentant Orphée charmant les animaux, réalisée par Nicolas de Bruyn (Anvers, 1565 ou 1571 – Amsterdam, 1652). En effet, la ressemblance stylistique, notamment pour les chiens et les lions, est flagrante. Artiste peu connu du grand public, Nicolas de Bruyn effectue son apprentissage auprès de son père Abraham, graveur et peintre, avant de se rendre à Amsterdam. Il collabora avec des peintres flamands comme Gilles van Connixloo (Anvers, 1544 – Amsterdam, 1607) et David Vinckboons (Malines, 1576 – Amsterdam, 1632). Graveur prolifique, il a non seulement reproduit les œuvres des artistes cités précédemment et de Martin de Vos, Lucas van Leyde, mais aussi, ce qui est plus inattendu, les siennes. Nicolas de Bruyn ne s’est pas cantonné à l’exercice de la gravure mais a également produit des peintures. Au vu des éléments dont nous disposons à ce jour, on peut supposer que notre peintre a eu recours à la gravure pour réaliser cette œuvre. 

DnnSpot

   Réduire